Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 08:15

C'est le mot qui a été employé par de nombreux journalistes rendant compte de l'état d'esprit des catholiques après l'annonce lundi de la démission de Benoït XVI. Le Larousse nous rappelle que ce nom féminin, qui vient du latin sideratio qui veut dire "action funeste des astres", désigne un "anéantissement subit des forces vitales, se traduisant par un arrêt de la respiration et un état de mort apparente". Hormis peut être de rares cas, dont la presse n'a pas rendu compte dans ses pages et ses reportages, la sidération ne semble donc pas avoir touché grand monde fort heureusement. Cela eut été vraiment stupide de mourir parce qu'un homme âgé de 85 ans venait d'annoncer que la fatigue l'empêche désormais de poursuivre sa tâche, d'autant plus à une époque où tout le monde, du moins parmi ceux qui ont encore un peu de bon sens en ce bas monde, s'élève contre le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite.

 

S'il n'y eut donc pas de sidération, mais tout au plus de l'étonnement suite à cette démission prédite par aucun voyant, pas même la Teissier qui devrait changer de lentilles, en revanche, beaucoup des échantillons de catholiques, trouvés devant Saint Pierre de Rome ou Notre-Dame à Paris, qui acceptèrent de répondre aux caméras et micros des médias déclarèrent dans un premier temps qu'un pape ne démissionnait pas ou qu'il ne devait pas démissionner. Sans doute sont-ils de ces gens qui pensent assez stupidement qu'un homme ainsi habité par l'esprit saint ne peut que poursuivre sa mission, le sourire aux lèvres, malgré la fatigue que génére le grand âge. Rappelons-nous que ces mêmes personnes nous rebattent les oreilles à longueur de temps avec le mot charité. Les voilà bien dans toutes leurs contradictions ces catholiques : toujours à dire mais pas souvent à l'appliquer. Ils ânonnent à longueur de messes (du moins quand ils y assistent encore) mais oublient vite de peur d'être contraint de devoir passer à l'acte. 

 

Est-ce trop difficile pour eux d'être charitables et d'admettre qu'un homme fatigué par les ans, y compris s'il s'agit du pape, doit avoir le droit de se reposer avant de quitter ce monde ? Serait-ce qu'à leurs yeux Benoît XVI redevient ainsi l'homme qu'il n'a jamais cessé d'être, un homme qui s'oxyde au fil des années malgré le saint esprit ? Eh oui, c'est bien cela qui les dérange! Point de miracle à l'horizon, juste de l'humain, de l'authentique, avec sa fatigue, sa lassitude du temps et ses douleurs. Difficile pour eux d'admettre que le souverain pontife puisse être las. Il est vrai que cela a "une autre gueule" un pape qui souffre en mondovision comme ce fut le cas avec Jean-Paul II, qui manque de s'évanouir, que l'on soutient, qui chancele à Lourdes. Un vrai chemin de croix dont ils se sont tous délectés intérieurement en faisant moulte signes de croix. Que voulez-vous, un pape qui souffre le martyr, c'est "vendeur"! Qui plus est si c'est un pape auquel on prête quelques miracles. Cela fait toujours bien dans le CV d'un souverain pontife qui s'achemine vers la béatitude et la canonisation post-mortem. 

 

Benoît XVI, lui, n'a semble-t-il aucun miracle à revendiquer - du moins pour l'instant - et voilà qu'il démissionne. Un pape tout simplement humain, avec des douleurs .... et pourquoi pas des angoisses, voire des doutes. Ce ne serait pas le premier parmi les personnalités qui ont ponctué l'histoire de l'église catholique à douter, tout simplement. La lassitude de croire, ce n'est pas un mythe. Le virtuel finit toujours par fatiguer même les plus solides . Mais bon, n'effrayons pas davantage toutes ces brebis qui, le 28 février prochain à 20 H 00, n'auront plus de guide durant la première quinzaine de mars. La démission plus le doute, ça ferait beaucoup à digérer. Et puis, durant ces jours sans pape, ils vont pouvoir s'occuper l'esprit, faire des pronostics, le conclave étant en quelque sorte le prix de l'Arc de Triomphe du catholicisme. Des favoris, des outsiders ... quelques grosses cotes. Sans doute des tractations dans les coulisses. Des combines, des magouilles ... ? Qui sait ? Les voix du seigneur ne sont-elles pas impénétrables ? Seule différence : tous les concurrents de cette course portent les mêmes couleurs. 

 

Et puis ce sera la fumée blanche attendue fiévreusement dans le ciel de Rome, le non moins attendu "Habemus Papam", et le choix d'un prénom par le nouveau pape. Imaginez que le Français André Vingt-Trois, archevêque de Paris, devienne pape - son nom est chuchoté comme beaucoup d'autres - et souhaite prendre le prénom de Jean. André Vingt-Trois deviendrait Jean XXIV. Les caricaturistes et humoristes du monde entier pourraient alors s'en donner à coeur joie. Comme quoi, au-delà de la prière, l'église catholique peut également faire sourire, voire rire, les mécréants, nombreux, que nous sommes, mais qui, n'en déplaisent aux croyants de tous bords, n'en suivent pas moins une certaine règle de vie impliquant une morale. La seule différence, et de taille, étant que ces mécréants n'ont pas besoin d'une canne et d'une carotte pour avancer sur le chemin de la vie. Après tout, n'est-ce pas cela se conduire en homme ? 

 

Le Tribun en colère

 

Partager cet article

Repost 0
Le Tribun en Colère - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de le-tribun-en-colere.over-blog.com
  • : Dire tout haut ce que chacun pense en silence! "Qu'est-ce qu'un homme révolté ? Un homme qui dit non" - Albert Camus
  • Contact

Recherche

Liens