Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 12:44

Evidemment, personne ne peut se réjouir d'apprendre que le cyclone Sandy passant sur New York la nuit dernière, ce qui a entraîné l'inondation de la partie sud de Manhattan, a causé la mort de plusieurs personnes. En revanche, au-delà du drame humain qui ne cicatrisera jamais chez ceux qui ont perdu un parent ou un proche, il y les conséquences matérielles que l'on chiffre déjà "à la louche" à une dizaine, voire une vingtaine de milliards de dollars, si ce n'est plus. La note va donc être particulièrement salée pour des Etats-Unis pourtant habitués, hélas, quasiment chaque année, à ce genre d'événements, en particulier avec les tornades. Mais cette fois-ci, c'est la côte Est, et surtout New York, qui a été frappée. D'où l'étonnement de nombreux Américains, mais aussi du monde entier, comme si cette ville emblématique d'un pays dont la puissance n'a d'égal que l'arrogance ne devait en aucun cas subir la colère de l'atmosphère. 

 

L'étonnement avait déjà été grand quand la Nouvelle Orléans avait essuyé la colère du féroce ouragan Katrina fin août 2005, un cataclysme qui fit alors près de 1 900 victimes et causa des dommages chiffrés à plus de 80 milliards de dollars. Mais c'était la Nouvelle Orléans, certes célèbre dans le monde entier, mais située là-bas, au coeur du sud profond. Et si le monde entier, et certains Américains, furent ébranlés à la vue de nombreux reportages dans les médias qui tous montraient une situation ressemblant étrangement à celle que connaissent beaucoup de pays du Tiers-Monde en pareil cas, les Américains essayèrent d'oublier très vite cette triste image donnée par leur pays, soi disant première puissance économique mondiale ... dont la dette abyssale en fait aussi le numéro un mondial dans ce domaine. Mais cette fois-ci, avec Sandy, c'est sa majesté New York qui a été touchée, qui plus est dans le quartier des affaires où le fric est roi et fait la loi. 

 

Aujourd'hui, personne ne semble vraiment comprendre comment le célèbre quartier de Manhattan a pu être inondé ainsi en à peine quelques heures. Certes, tous les médias disposent de leur petite animation vidéo pour expliquer le phénomène qui a conduit notamment à l'inondation de plusieurs tunnels, dont ceux du métro, et à l'explosion d'un transformateur, ce qui a plongé dans l'obscurité plusieurs centaines de milliers d'habitants. Mais au-delà des explications fournies, ce qui dérange c'est le fait que New York, et surtout ce quartier, symbole de la réussite de ceux qui y font du fric à longueur d'années, puisse être aussi profondément malmené par ce cyclone Sandy. Un peu comme si ce dernier avait commis un crime de lèse majesté. Oser toucher à New York, quelle arrogance! Une arrogance d'autant plus insupportable qu'au fil des heures, des témoignages laissent entendre que derrière cette image d'un Manhattan rutilant et invincible, se cache une ville dont les infrastructures laissent plus qu'à désirer, certaines d'entres elles étant quasiment en état de délabrement avancé. A l'image du réseau électrique, aux mains de sociétés privées, qui fait penser à ceux qui existent dans nombre de pays en développement. Comment croire encore qu'une entreprise privée puisse privilégier le bien-être des usagers au détriment de ses dividendes ?

 

Alors certes, New York abrite de grands building dont les Américains sont fiers, et de jolis quartiers où il fait bon vivre, si l'on a beaucoup de fric, évidemment. Mais grattez un peu le décor, comme certains le font sur les structures de quelques-uns des ponts célèbres de cette ville, pour voir avec effarement que là encore, le délabrement n'est pas loin, et vous vous apercevrez bien vite de l'état pitoyable des infrastructures de cette ville, à l'image du pays dont elle est pourtant l'un des fleurons. Mais après tout, une bonne communication bien orchestrée vous permet de faire avaler toutes les couleuvres de la planète aux légions d'imbéciles qui continus d'être persuadés que les Etats-Unis représentent le modèle dont il faut tout copier, y compris les excès et les conneries. Alors qu'importe Sandy qui vient tout bonnement de "cracher à la gueule" de l'arrogant Manhattan puisque comme toujours, la communication va faire le maximum pour que les mêmes légions d'abrutis continuent de vouer un inconditionnel amour à ce grand pays déguisé en démocratie, patrie de Facebook, de Google et de l'iPhone créé par un certain Steve Jobs, le plus grand gourou du marketing que la terre est portée! Ah la com, quand tu nous tiens!

 

Le Tribun en colère

Partager cet article

Repost 0
Le Tribun en Colère - dans International
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de le-tribun-en-colere.over-blog.com
  • : Dire tout haut ce que chacun pense en silence! "Qu'est-ce qu'un homme révolté ? Un homme qui dit non" - Albert Camus
  • Contact

Recherche

Liens