Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 08:39

En voilà une jolie question en ce début janvier 2013! Il s'entend que nous ne parlons pas des bonnes résolutions prises en tout début d'année, le plus souvent sans réfléchir, du genre "arrêter de fumer" ou "perdre du poids", voire "faire davantage de sport", qui sont autant de bonnes intentions rarement suivies d'un véritable passage à l'acte. Non, nous parlons de ces résolutions qu'à dire vrai nous n'évoquons jamais ou si peu. Et pourtant, il serait fondamentale, et même urgent en cette période difficile, d'en parler publiquement, qui plus est dans une démocratie telle que la France. 

 

En effet, 2012 aura été l'année du changement - "c'est maintenant" paraît-il - avec double rations d'élections, pour élire un Président de la République et une floppée de députés. Mais au-delà des résultats, qui ont redonné alors de l'espoir à certains et en ont mécontenté d'autres pour les cinq prochaines années, globalement rien n'a vraiment changé, hormis quelques "détails". Difficile dans ces conditions que l'image du chef de l'Etat qui vient de présenter ses voeux aux Français - des voeux inodores et sans saveur aucune - n'en soit pas écornée. Est-ce pour autant qu'il faut obligatoirement, comme cela s'est produit pour chacun de ses prédécesseurs, le rendre coupable de tous les maux dont souffre aujourd'hui la France ? N'y aurait-il pas comme un soupçon de lâcheté chez l'électeur ?

 

En ce début d'année 2013, les forcenés de la démocratie devraient peut-être avoir le courage de se remettre en question et, à cette occasion, de prendre de bonnes résolutions pour l'avenir. A commencer par ne pas se contenter de glisser leur bulletin de vote dans l'urne en pensant que "ça y est, le devoir de citoyen est accompli". On critique tant ceux qui, pour des raisons diverses, refusent de voter, allant jusqu'à les traiter de mauvais citoyens. Mais que penser de la grande majorité des électeurs qui, après avoir voté, attend désespérément la mise en oeuvre de promesses faites, toujours trop vite, lors de discours dont le seul objectif est de glâner des voix, et qui ne se concrétiseront presque jamais ? 

 

La démocratie ne se résumerait-elle qu'à cela ? Un système finalement assez passif qui ne serait en fait qu'un rapt du pouvoir subtilement orchestré par une caste politique dont il reste, aujourd'hui encore, à prouver l'utilité. Pour s'en convaincre, il suffirait juste de comptabiliser les électeurs véritablement impliqués dans la politique au quotidien et non ceux qui ne font que voter avec l'espoir qu'ils servent à quelque chose. Aussi, en ce début d'année 2013, la véritable bonne résolution ne serait-elle pas d'entrer davantage dans une "démocratie active" ? Autrement dit, de ne pas se contenter de voter de manière cyclique, puis de se plaindre, y compris quand son propre candidat à gagner les élections, mais d'exiger un contrôle plus strict sur la mise en oeuvre des fameuses promesses électorales. 

 

Sûr que vous allez y penser, ne serait-ce que le temps consacré à la lecture de cet article. Mais le Tribun n'oublie pas que grande est notre capacité à oublier, d'autant plus que les choses du quotidien vont nous y aider. C'est la raison pour laquelle le titre de cet article, "Les bonnes résolutions sont-elles envisageables en démocratie ?", n'est peut-être pas aussi saugrenu qu'il n'y paraît. Essayez d'y repenser, peut-être en 2014, quand vous voterez pour les élections municipales. Cela dit, reste à savoir si, plus globalement, les bonnes résolutions sont faites pour être tenues à l'image des promesses électorales des hommes politiques ou ne sont que de petits "jouets virtuels" dont la seule vertu est de rassurer les citoyens et de leur éviter de trop voir la réalité. Car qui sait alors ce dont il seraient peut-être capables. 

 

Le Tribun en colère

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de le-tribun-en-colere.over-blog.com
  • : Dire tout haut ce que chacun pense en silence! "Qu'est-ce qu'un homme révolté ? Un homme qui dit non" - Albert Camus
  • Contact

Recherche

Liens