Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 10:20

Les humoristes ont du souci à se faire. Nombreux sont en effet ceux qui disposent d'un fort potentiel naturel pour se lancer dans cette carrière. A commencer par Jean-François Copé, l'avocat d'affaires qui siège à l'Assemblée Nationale, même s'il est vrai qu'il n'est pas le seul à être dans cette situation qui flirte, pour ne pas dire plus, avec le conflit d'intérêt. Les années passant, le maire de Meaux, "sa" ville (à lire avec sanglots dans la voix façon Copé) qu'il n'habite plus depuis longtemps mais dont il ne cesse de nous répéter qu'il l'aime "sa bonne ville de Meaux", ressemble de plus en plus à Serge Dassault, en particulier dans sa démarche intellectuelle. Mais peut-on appeler cela ainsi alors qu'il ne s'agit que de cracher sur l'autre, celui qui est différent ? Et pendant que Jean-François nous fait le coup du pain au chocolat, pas du tout crédible, voire même franchement rance, le vieux Serge, tel un coucou qui a dépassé depuis bien longtemps le nombre d'heures de vol autorisées, estime que le mariage homosexuel sonne la fin de la nation française. Quel duo de rigolos ... grotesques!

 

Ce week end, à l'occasion de l'élection du Président de l'UMP, à laquelle il se présentait face à François Fillon, Jean-François Copé s'est évidemment cru obligé de faire encore des siennes, et par là même de se ridiculiser en décrétant, alors que les résultats définitifs n'étaient pas encore annoncés et qu'une forte odeur de magouille flottait dans l'atmosphère, que c'était lui qui avait remporté cette élection. "Je me voyais déjà, en haut de l'affiche", devrait-il chanter, tant cette magnifique chanson semble avoir été écrite pour lui. Telle la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf, décrite dans la fable de Jean de La Fontaine, Copé semble ne cesser d'enfler depuis ces derniers mois. On craint pour lui que sa peau en vienne à se craqueler de partout tant l'homme est puant de vanité et de suffisance. S'il avait au moins une quelconque légitimité du fait de son action passée. Mais que peut-il afficher au compteur ? A-t-il même eu "le quart de la moitié du commencement d'une" idée, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie ce politicard étriqué qui n'a qu'un rêve, entrer coûte que coûte à l'Elysée dès 2017! Il est donc grand temps que les Français bottent le cul de ce petit hobereau sans panache qui vient, à grand peine, de prendre la présidence de l'UMP, son joujou à lui, avec moins de cent voix d'avance sur son adversaire. Mais quelle insignifiante victoire ... après un spectacle si pitoyable !

 

Et pendant que Copé et Fillon commençaient à se disputer la place de Président de l'UMP, à grands coups de bluffs médiatiques, Audrey Pulvar tentait elle aussi, à sa façon, de faire son coup d'éclat en annonçant par SMS à l'AFP sa rupture avec son compagnon, l'homme du redressement productif, Arnaud Montebourg. Waouh! Mais quelle info ... dont tout le monde se branle ... et à deux mains s'il vous plaît, tant il s'agit là d'un non événement. Que cette séparation, brutale ou pas, préoccupe la journaliste aux célèbres lunettes, passe encore. Mais qu'elle annonce cette information, urbi et orbi, cela en devient grotesque. Est-il raisonnable en effet d'emmerder l'AFP un dimanche soir pour faire part de ce qui n'est après tout qu'une anecdote de plus dans le microcosme parisien des bourgeois de gauche ? Là encore, la grenouille ne cesse d'enfler au point que l'on en vient à penser qu'elle ne va pas tarder à "exploser", bouffie qu'elle est d'orgueil et de vanité.

 

Autrefois, les journalistes se faisaient un nom avec leur plume. Ils s'appelaient Albert Londres, Ernest Hemingway, Joseph Kessel ... Aujourd'hui, ils font une école de journalisme avant de se faire un nom dans les médias, exhibant leur tronche à la télévision ou leur voix à la radio, oubliant que tout l'art du grand journaliste est de savoir s'effacer devant les mots et les faits. Certes on pourra reprocher aux médias de sembler s'acharner parfois sur telle ou telle personne et de faire leurs choux gras de tous leurs faits et gestes, y compris les plus anecdotiques. Il sera tout aussi facile de rétorquer que beaucoup de personnes extrêmement connues a contrario ne font pas parler d'elles. Ces dernières auraient-elles une mystérieuse recette pour échapper aux médias ? Peut-être l'envie de ne pas s'y exposer, tout simplement. Arrêtez vous un instant et observez les papillons. Nombreux sont ceux qui viennent se brûler les ailes, attirés qu'ils sont par la lumière, alors que d'autres évitent soigneusement les projecteurs. N'est-ce pas la même chose chez les êtres humains ? Comme tout cela rappelle Les Illusions perdues et ce pauvre Lucien de Rubempré dans la Comédie Humaine d'Honoré de Balzac. 

 

Le Tribun en colère

Partager cet article

Repost 0
Le Tribun en Colère - dans People
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de le-tribun-en-colere.over-blog.com
  • : Dire tout haut ce que chacun pense en silence! "Qu'est-ce qu'un homme révolté ? Un homme qui dit non" - Albert Camus
  • Contact

Recherche

Liens